mercredi 16 décembre 2015

Pictual - Matthieu Biasotto


La couverture est beautiful, encore plus quand on sait pourquoi.


Résumé :

Entre grosses tuiles et petites galères, ma vie ressemble à de la survie. Ni plus, ni moins. Je suis Astrid Dufrene. Je suis un paradoxe de la tête au pied. Je n'avance pas, puisque je passes mes journées à douter.
L.Dattello est l'artiste peintre le plus doué de sa génération. Mondialement connu, excentrique, mystérieux et dangereusement attirant. Profane en matière d'Art, je n'ai jamais entendu parler de lui. Mon niveau artistique avoisine le zéro. Pour moi, Picasso n'existe qu'en version diesel ou essence. Et j'exagère à peine.
Lorsque nos trajectoires totalement opposées se croisent, nos destins vous se confondre autour du secret qu'il garde jalousement.
Ce qu'il attend de moi? Ce qu'il me trouve? Je l'ignore. Tout comme ce que je suis prête à faire pour lui.

Avis :

Avant de dire quoi que ce soit, j'aimerais remercier Livraddict qui m'a permis de faire ce partenariat (le tout premier) ! Je suis passée limite, mais grâce à la gentillesse de la Team, j'ai pu acquérir ce livre.

Pourquoi ce livre? Pour l'image, pour le titre, et pour tout ce que je n'avais pas pensé voir au premier abord.

J'ai commencé par le premier chapitre. (Logique, me diriez vous).
J'ai respiré, puis fait une pause.
Parce qu'il s'agissait d'une plume qui me convenait tout à fait, parce que chaque mot m'avait semblé juste. Parce que ça parlait de peinture, et que comme vous le savez, c'est mon truc.
Alors pour être franche, je suis hypra-super-méga (et tout ce que vous voulez) contente d'avoir ouvert (virtuellement, du moins) ce livre!

On y ressent la peinture, on y ressent le coup d'oeil, la ligne des plumes encrées de peinture, et surtout, on sent le pigment, l'adresse.

Je ne sais pas trop quoi vous dire, à part que j'ai tout de suite accroché.


On découvre ensuite une jeune femme qui me plait beaucoup, et ce pour une raison en particulier. Son caractère.
Je ne le répéterais jamais assez, mais j'aime les femmes qui s'affirment, qui vivent. Qui suivent leurs émotions, et qui parfois débordent de tout et de n'importe quoi.
Comme un pinceau gorgé d'eau à l'aquarelle qui délivre toutes ces couleurs d'un coup, trop rapidement, gâchant l'arrière plan qu'on avait mit tant de temps à faire (ça sent le vécu, non?).

Je ne sais pas si vous arrivez à me suivre, je vais essayer d'être un peu plus claire (et non, ce n'est pas une blague sur les nuances de peinture, quoi que).

Disons qu'Astrid ressemble à un électron libre. Elle déborde (d'où ma précédente image). Moi, ça m'a plu. A lot. Cette énergie qu'elle même n'arrive pas à catalyser, à maintenir pour trouver son équilibre. Ca laisse la place à l'évolution, à son épanouissement. Et je trouve que l'auteur a merveillement exploité cette idée.

En fait, j'ai été surprise page après page. J'ai aimé le flirt, la découverte, les jeux. J'ai rit, mais alors, franchement rit. A m'imaginer certaines scènes, des frôlants même le cocasse.

C'était délicieux.


J'avais l'impression d'entendre une de mes amies me narrer des moments gênants, ou lire ses Sms écris en urgence sous le coup de l'émotion (Charlène, spéciale dédicace Mdj).
Alors, on s'attache (Et on s'emprisonne, avec une flèche... Pardon.).

Et comme je vous l'ai dit, des surprises arrivent. Certaines plus grosses que d'autres. Et on se dit, wouah, cette histoire parait si réelle, c'est presque troublant. On en vient à y croire, comme à une autobiographie.
Les ellipses accentuent cette impression, celle du temps qui passe où l'on fait rapidement le bilan de ce qui a changé, de ce qui nous a fait grandir.

J'ai conscience de ne pas être très précise, c'est simplement que je vous lire mes sensations comme j'ai pu les ressentir, et comme je les vis encore en ce moment, où j'écris ces lignes.

A la fin, j'étais troublée, bouleversée. 


Car ce roman venait d'entrer dans la catégorie des romans qui m'ont marqué, et j'ai actuellement un goût de gratitude qui revient.

Gratitude envers l'auteur tout d'abord, qui a si gentiment envoyé son roman dans ma boite mail.
Gratitude envers son génie ensuite, celui d'avoir crée une histoire plus vraie que nature.
Et Gratitude envers cette même nature, qu'il a su garder dans ses personnages et qui les rend si réels, si plausibles, si humains.

Merci.

C'était une découverte, et je n'ai qu'un regret, ne pas avoir une édition papier où je pourrais retenir le numéros des pages qui m'ont particulièrement marqué :)

Je tenais à vous mettre un extrait, espérant qu'il vous plaise autant qu'il m'a parlé.


"Je dépose une touche de fauve au milieu d’un aplat gris Payne. Je monte mes couleurs. Des gammes lumineuses qui accordent la vie. Pour le tracé, tout est fini. Des variations dans le geste. Des nuances dans l’intention. Je sais exactement où je vais. Au bout de mes doigts, le subtil est illimité, à condition de savoir comment l’aborder. À l’aide d’un large spalter, je gifle le lin, pour le maudire comme la peste. Puis vient une caresse du pinceau avec spleen et tendresse. Parfois à l’excès, souvent à l’instinct. Emporté par l’élan créatif, transcendé par l’exécution, je vibre. Son portrait, je le peins."

Ah oui, c'est vrai que d'habitude je note.


Pour le coup, c'est un exercice difficile, car ce roman ne peut se ranger à mes yeux dans aucune des catégories, encore moins dans celles que j'ai l'habitude de lire. (Encore une fois, no comparaison, je note le livre pour ce qu'il est, dans son style, dans son entièreté) :). Mais le thème était si géant, si bien traité, les choses si bien ficelées. J'ai vraiment aimé cette lecture.

Allez, j'essaie : 17/20. Et dire que j'ai failli passer à côté ! Un excellent roman. Une sublime histoire. Et c'est pour moi un hymne à la vie.


Merci Livraddict, et merci, merci, à Matthieu Biasotto.



Bonne lecture, et à soon pour une newvelle chronique, my livrovores,


Ah, et in case of : JOYEUX NOËL et TRES BONNE ANNEE !! :D


On peut le colorier ici (non, je ne suis pas une grande enfant ^^).



Fang-Wide.

vendredi 4 décembre 2015

La princesse à la plume blanche - Ghislaine Roman, illustré par Sophie Lebot




Résumé (verso) :

Il était un maharadja qui ne souriait que rarement. Depuis la disparition de sa tendre épouse, seuls les jeux de sa fille, la petit Chedana, avaient le pouvoir d'apaiser sa mélancolie. Un jour, il décida de se remarier... Mais quand sa nouvelle épouse découvre à quel point la jeune fille est belle, elle l'enferme dans une bibliothèque sur une île et lui jette un sort (...).

Avis : 

Tout d'abord, désolée, c'est la première fois que je coupe un résumé officiel, mais à mon sens la suite en dit trop. Je trouve ça mieux de découvrir l'histoire par soit-même, surtout dans un album où il n'y a pas 500 pages !
Si vous voulez vraiment savoir, allez par exemple sur le site Fnac, le résumé en entier y sera (je n'ai enlevé que la dernière phrase).


Alors alors...


J'ai été tout de suite charmée par ce magnifique album, qui est très grand ! Je l'ai lu dans le train et je prenais toute la place ou presque pour l'ouvrir ! ^^

Je n'avais pas lu le résumé avant de le commencer, et pour tout vous dire tant mieux.

Oui, tout à fait, j'achète un album à ses illustrations, oui oui. ^^


Mais pas que! Le fait que ça se passe en Inde, ça a été le déclic. Car mon album préféré quand j'étais petite (ne me demandez pas le nom je n'en ai aucune idée ^^) se passait en Inde...

Mais revenons à nos épices!


L'histoire, d'abord. J'aime. Ca n'invente peut être pas grand chose, mais c'est bien écrit, et les paragraphes que contiennent les pages sont assez fournis. J'ai beaucoup aimé le fait qu'il y ait de la matière à lire et que plusieurs évènements se déroulent (pas de grandes péripéties, mais suffisamment pour profiter de l'univers).

L'univers, tient! A mon avis, le gros point fort de cet album. C'est doux (comme les pages qu'on prend plaisir à tourner), et quel bonheur quand on imagine la petite Chedana en train de dévorer calmement ses livres sur l'île! C'est exactement ça que j'aime dans un bon album, m'imaginez à partir du moment illustré toute l'histoire et aller au delà de ce qui nous est présenté.

Comme vous l'avez compris, pendant d'agréables minutes j'ai voyagé, et je n'en demandais pas tant.

Comme dans tout bon livre pour enfant, il y a une morale (ici, la jalousie qui est pour le coup un gros défaut !), mais j'ai aimé le côté sage et nature de la petite fille, qui pour moi primait justement, et ce même dans les illustrations.

Allez, on va justement en mettre une petite en extra, vu qu'après tout c'est un album ! :)


C'est flou, mais j'ai pas trouvé plus net! ^^

Allez, on passe à la note!


Je mettrais...
(Un 20 pour les illustrations, mais je dois quand même prendre en compte l'histoire!)
Un cute 18/20.
J'aurais aimé que l'album soit plus gros! Qu'il y ait d'autres histoires, car on en redemande!

En tout cas, c'est pile le genre de livre que j'aurais aimé avoir petite, car on est transporté et c'est une joie! :)


Bonne lecture, et à tout bientôt pour une newvelle chronique, my livrovores,


La prochaine sera, au choix (suivant la continuité de ma lecture, tiens!) :

   Pictural, de Matthieu Biasotto (Partenariat Livraddict) ;



Fang-Wide.

jeudi 3 décembre 2015

Arbre d'automne

Et voilà ma toute dernière aquarelle, baptisée sobrement ^^.
C'est ma dernière aux couleurs automnales pour l'instant, je passe en ce moment à un tout autre domaine (je vous montrerais bien sûr).

I hope qu'elle vous plaît!

Cliquez sur l'image pour l'agrandir!

Bonne contemplitude,

Fang-Wide.

lundi 30 novembre 2015

Zen - Maxence Fermine


Résumé : (verso)

"Chaque jour, de l'aube au crépuscule, Maître Kuro pratique l'art subtil de la calligraphie.
Pendant de longues heures, dans un recueillement proche de la plénitude, il reste agenouillé devant un rouleau de papier de riz et le recouvre d'encre noire.
Peu lui importent le vaste monde et ce qui le régit depuis des siècles. Il vit concentré sur son labeur et sur la direction, la finesse du trait qu'il dessine à main levée.
Avec verticalité, harmonie, simplicité et élégance.
Ainsi va la vie, tranquille et apaisante, de Maître Kuro."

Jusqu'au jour où...

Avis :

Avant de dire quoi que ce soit, je tenais à dire que j'ai découvert ce livre grâce à Charlène et sa superbe chronique, qui m'a tout de suite donné envie de lire ce petit bijou!
Merci!!! :)

Alors.
Le sujet, déjà. Je sais pas si vous le savez, mais je suis une grande fana du Japon et de ses traditions (et pas du tout du Japon "actuel" avec néons et poupées gonflables, merci mais berk.).

Pardon pour l'exemple ^^

Donc, je savais à l'avance que la calligraphie, ça ne pouvait que me plaire. Et bien je n'ai pas été déçue.

Dans son roman, Maxence Fermine prend son temps. Le temps de nous faire découvrir cet art. De nous l'amener, phrase par phrase, virgule après virgule. Souffle après souffle.
Car c'est un peu ça, sa plume. Une brise légère qui nous amène l'histoire d'un Maître de la Calligraphie. Qui vit sa vie en équilibre. Art, subtilité et zen.
Au rythme des gouttes de pluie et des descriptions des cinq sens. 

C'est un pur régal.

On se détend. On prend le temps.

C'est un des seuls romans que j'ai lu à voix haute (si ce n'est le seul). Il y a tant de poésie, de rimes et de musicalité que je ne pouvais faire autrement. J'avais besoin d'entendre le son de ma voix se caler sur les accords préinscrits.

Les chapitres sont courts, les mots aérés. L'histoire pourrait se lire en vingt minutes (j'exagère à peine), mais j'ai préféré découper ma lecture en plusieurs moments. La faire durer. En profiter, tout simplement.

Je viens de finir de le lire, et je me sens bien, comme après un long moment à admirer les branches d'un arbre osciller sous la neige. (Encore et toujours des arbres, on ne se refait pas!)

Un grand merci donc, à Charlène. Je ne te remercierais jamais assez de tout ce que tu me fais découvrir et de ce que t'apporte chaque lundi ta compagnie. Tu es une amie rayonnante dans un monde ternis, un rire soutenu d'une larme dans un monde où les sourires se font rares.

Voilà, je crois qu'il n'y a pas vraiment de suspens quant à mon opinion ni quant à ma note. (Comme je vous l'ai déjà dit, c'est sur le site de Charlène -décidément- que j'ai découvert la notation et à mon sens c'est un bon exercice à faire qui rend lisible notre avis).

Je mettrais... 

Un 19 (sur 20, donc).

Pas vingt, tout simplement car j'aime laisser la place d'être encore plus séduite. Ce n'est pas un coup de coeur, pour la simple raison qu'au lieu d'emballer mes émotions (comme le fait un coup de coeur, justement), ce roman m'a plutôt apaisée. J'ai aimé, a lot, mais voilà, pour moi c'est plus un roman pour nous ramener à des émotions pures (au lieu de nous triturer ^^).

Bien sûr, c'est difficile de mettre une note, car ce roman change de ce que j'ai l'habitude de lire (romance, fantastique). Ne comparez donc pas les notes entre elles, cela n'a rien  à voir ^^. C'est la meilleure note que j'ai mis jusqu'ici, pourtant je préfère le dernier roman que j'ai lu, tout simplement car j'ai été plus que transportée.

Mais dans la catégorie "zen, détente", ce roman a totalement répondu à mes attentes, et je ne vois pas tellement ce qu'il y aurait à ajouter ^^!

Je finirais par une petit citation (histoire de vous donner envie, I hope du moins) :

"Travail solitaire.
Souffle divin.
Comme tous les artistes sur cette terre, changer le monde de façon invisible."

Je ne pouvais pas prendre un autre extrait ^^.


Voilà!!!

Bonne lecture, my livrovores,


Fang-Wide.


mercredi 18 novembre 2015

Phrases qui m'inspirent


Qu'ils reposent en paix...

S'il y a une chose que mes études m'ont permis, c'est d'agrandir ma vision de la vie, d'une vie juste, dont tout le monde à droit et ce sans aucun pré-requis.
Il est important de réfléchir, et ce qu'importe le sujet. Ce qui est fondamental, c'est de se questionner, de chercher à trouver une réponse qui nous parait convenir, car elle est la meilleur pour tout le monde.
Plusieurs phrases m'inspirent quotidiennement, et me rappellent qu'il faut avoir foi en l'humanité, en l'humain.

Bien entendu, la première phrase à laquelle je pense est celle qui concerne la liberté des individus dans une société qui en rassemble des milliers. Particulièrement à la suite des évènements qui se sont déroulés il y a peu, près de nous, et malheureusement depuis très longtemps un peu plus loin de notre pays.
Pour toute action, et ce où qu'elle se soit déroulée, pour la simple et bonne raison qu'il s'agissait de personnes, d'êtres humains. De nous.
J'aimerais simplement rappeler que "Ma liberté s'arrête là où commence celle des autres."


Nous sommes tous libres. D'exercer le métier que l'on aime. D'être avec ses proches. De découvrir le monde. De vouloir l'améliorer. De rêver de paix. De faire ce que l'on aime.
On est libre de tout ça uniquement car les autres nous en donnent la place. Je peux réaliser mon rêve de vivre de ma passion parce que d'autres travaillent et participent à l'équilibre du tout. Et avec ma passion je permet à ces mêmes gens de s'évader, et je participe ainsi moi-même à cette vie en société, à cette grande famille.

Alors oui, comme dans toute famille il peut avoir des disputes, des sentiments moins assumés que d'autres. Mais comme dans toute famille, c'est dans ces moments-là qu'on se rappelle l'essentiel. Qu'on se souvient qu'on s'aime les uns les autres. Et que l'important, c'est de le montrer et d'être là quand d'autres en ont besoin.
A tous ceux qui ont perdu un proche, à tout ceux qui ont été touchés de trop près lorsque l'horreur les a frappés. Courage.



Respectons-nous.
Aimons-nous.
Vivons la vie dont nous rêvons.
Parce que nous le pouvons.

Je mettrais ici toutes les phrases qui m'inspirent, qu'elles parlent de respect, ou tout simplement d'un sujet qui m'a intéressé. J'espère sincèrement que leur lecture vous aidera. Et si vous connaissiez déjà ces phrases, qu'elles vous rappelleront pourquoi elles vous avaient dans un premier temps interpellé. 
Si vous en avez que vous voulez partager, bien sûr, n'hésitez pas.

  • Conviction en l'éducabilité de tous


  1. « Students with severe disabilities have made surprising gains each time educators have raised the bar for expected outcomes and then used effective methods to help students achieve these goals» (Spooner & Browder, 2015, p.30). 

Traduction (faite par moi, approximative ^^) :
"Les étudiants avec des déficiences sévères ont fait de surprenants gains à chaque fois que les éducateurs ont rehaussé leur attentes en utilisant ensuite des méthodes effectives pour aider les étudiants à atteindre leurs objectifs."

Ne jamais sous-estimer quelqu'un, car vous l'empecherez de vous surprendre.*


  • L'intelligence? Qu'est-ce que c'est que ça ?


La très célèbre phrase d'Albert Einstein, qui en dit bien long...
  1. "If you judge a fish on its ability to climb a tree, it will leave its all life believing that its stupid."
Traduction (approximative, encore une fois made by myself) :
Si vous jugez un poisson à son habileté de grimper à un arbre, cela le laissera croire toute sa vie qu'il est stupide.

Il n'y a pas d'intelligence. Uniquement des capacités.*


  • Et encore d'autres inspirations à venir...


Bonne réflexitude,*2

Fang-Wide.

* Phrases écrites par moi, sur l'unique base de mes croyances en le potentiel de tout un chacun.
*2 :  La réflexion est ce que l'on fait à un moment donné, la réflexitude elle est un état d'esprit.


lundi 26 octobre 2015

Les originels I - Charlène Gros-Piron

Tome 1 - La Naissance


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


Résumé (verso) :


Cécile, Sébastian, Shaïna et Nicolas, quatre adolescents plus ou moins normaux, découvrent à quinze ans qu'ils ont été élus par les quatre pouvoirs primaires : l'Eau, le Feu, la Terre et l'Air, sans comprendre pourquoi, ni comment. Cécile Praesidia, représentante de l'Eau, vous ouvrira les portes de ce nouvel univers.
Les quatre adolescents vont rapidement découvrir qu'avoir des pouvoirs, c'est d'abord apprendre à les maîtriser pour ne pas commettre de catastrophe monumentale, car apparemment, ils servent de paratonnerre à embêtements. Des embêtements qui se présenteront sous forme de mercenaires, mandés pour les exterminer. Ils vont devoir faire le nécessaire pour survivre, tout en continuant à mener une vie aussi normale que possible, et en créant les liens qui les uniront au-delà de tout ce qu'ils avaient imaginé. Face à l'adversité, il ne reste plus grande chose si ce n'est l'amour, la loyauté, l'amitié... et l'humour.
Evidemment, il se pourrait bien que les choses ne se déroulent jamais comme on l'avait prévu.

Avis :


Alors alors... Par où commencer?
Pour tout vous dire j'ai fini ce roman hier soir, et le moins que l'on puisse dire, c'est que je suis passée par tout un éventail d'émotions et de ressentis.
J'ai été totalement prise par l'histoire et les personnages, tant, même, que j'ai du m'adresser directement à l'auteure à plusieurs reprises ^^

Comment en dire sans trop en dévoiler (ce serait bien dommage tant il est agréable de découvrir par soi-même les péripéties) ?

Je vais commencer par la plume de l'auteure, un des points les plus faciles à aborder. Pourquoi? Parce que je suis réellement fan de la manière d'écrire de Charlène. Ca me touche, et comme je lui ai dit en personne, je trouve ça particulièrement juste.
On sent Cécile, on la perçoit, et se met aisément à sa place. On tremble pour elle, on rit à ses côtés. 

Car oui, c'est une des caractéristiques de la plume de notre amie : l'humour.


Je l'avais découvert avec Le masque du silence, et j'ai été ravie de retrouver ses blagues et plaisanteries hebdomadaires.
Sérieusement, je trouve ça presque addictif. 
L'auteure m'a fait part de son ressentit à ce sujet, et je souhaite le partager avec vous, car je trouve que cela explique parfaitement les pointes d'humour que l'on retrouve, parfois même dans les passages plus graves.
Charlène m'a expliqué qu'en mettant des plaisanteries, et ce même à des périodes charnières pour nos personnages, cela permettait de rendre compte que même dans les moments plus importants ou dramatiques, chacun des membres trouvait le moyen de ramener et de voir un peu de lumière.

Non seulement je trouve ça beau, mais je trouve ça encore une fois très réaliste. Combien de fois, durant un instant critique où nous sommes tristes, avons-nous pensé à une anecdote, avons-nous rit même lorsque ce n'était pas drôle? Que ce soit par anxiété ou pour détendre l'atmosphère, nous avons tous eu besoin un jour d'échapper au côté sérieux de la vie pour rire, pour sourire.

Une dernière chose sur la manière d'écrire d'une de mes romancières favorites : le style. Naturel, il coule, il est fluide, et parfois, je suis tombée sur des passages que je trouvais étonnamment beaux. Bien écrits, ils étaient d'une musicalité étonnante, frôlant la poésie.
Ces moments-là étaient un régal pour moi. A mes yeux, la plume est aussi importante que l'histoire. Car c'est elle qui la porte, qui nous l'amène, qui nous berce. Personnellement, j'ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans les pages et dans le style reconnaissable entre mile de l'auteure. Pour cela, je tenais vraiment à te remercier, Charlène :).

Passons aux personnages.


Si certains d'entre vous connaissent Charlène, vous ne pouvez qu'observer les petits détails et ressemblances avec son auteure. Comme dans Le Masque de Silence, j'avais l'impression d'entendre Charlène me raconter une anecdote ou me parler. Génialissime.
J'ai beaucoup aimé le caractère mature de Cécile, et ses réflexions à postériori grâce à la narration au passé. Globalement, c'est un personnage que je comprends, et qui m'a profondément touché.

Sans en dire trop, je ne pouvais pas ne pas parler de lui, autrement dit de Sebastian. Pfff. Je ne sais pas quoi dire ^^. Dès le départ, j'ai accroché à son caractère, voulant le retrouver à toutes les pages. Je suis personnellement totalement jalouse de ses capacités et affinités (non, je n'en dirais pas plus!) ^^. Hormis cela, je pense que c'est mon personnage préféré, car il apporte beaucoup au groupe (là non plus, je ne m'étendrais pas d'avantage!).

L'action, enfin! (J'essaie de faire court pourtant, je vous assure!).


Très bien, honnêtement, tout ce que je peux attendre d'un livre. Le thème m'a intrigué, les quatre éléments, c'est quelque chose d'extraordinaire et de très bien abordé. Le roman regorge de bonds, sursauts et autres évènements qui nous empêchent tout bonnement de le lâcher. Le rythme est bien mené, et j'ai personnellement eu un coup de coeur pour les cent dernières pages du roman, qui m'ont embarqué sentimentalement, émotionnellement, tout ce que vous voulez ^^.

J'ai fini ce roman en le regrettant presque, désirant savoir la suite !! Heureusement pour moi (et je plains sincèrement ceux qui ont du attendre la suite des années durant), j'ai le tome 2 dans ma chambre!
Sur conseil de l'auteure, je l'ai commencé. La seule chose que je peux vous dire, c'est que j'ai vraiment envie de découvrir la suite!

C'est pour moi une vraie découverte, j'étais déjà fan du livre, mais comme je vous l'ai dit, le dernier siècle de pages (bah oui, 100 c'est un siècle ^^) m'a emmené comme j'attend d'un coup de coeur qu'il le fasse.

Croyez moi, je me remet à peine! C'est un très beau 18/20 pour moi, car si j'aime l'atmosphère unique de ce livre, la plume et l'imagination de l'auteur, c'est le tout qui m'a séduite. Je laisse deux petits points pour les deux prochains livres, espérant les atteindre!!!! ^^

Un grand merci Charlène ! :)

Bonus : L'auteure nous fait le plaisir de lire à voix haute une partie de son premier chapitre ici, sur sa chaîne youtube! Pour tous ceux qui veulent le découvrir : foncez ! :)

Bonne Lecture, my livrovores,

Fang-Wide.





jeudi 22 octobre 2015

Hush Hush - Becca Fitzpatrick

Les Anges Déchus - Tome 1



Résumé (made by myself)


Nora, adolescente de 16 ans, est une lycéenne des plus ordinaires. Ayant connu un drame, celui de perdre son père, c'est une jeune fille mature et méfiante. Sa mère devant travailler pour garder leur vieille maison, elle passe le plus clair de son temps seule, ou avec sa meilleure amie déjantée, Vee.
Mais lors d'un cours, une chose, ou plutôt quelqu'un, va bouleverser sa vie : Patch.
Mystérieux, beau, brun, quelque peu arrogant, il s'intéresse de près à la jeune femme, qui malgré tous ses efforts pour l'éviter, ne cesse de croiser sa route.

Hasard, destin, ou est-ce tout autre chose?

Nora va entrer malgré elle dans un jeu complexe et attirant, mais dont elle ignore jusqu'aux règles.

Avis :


Comme je vous l'avais dit, je tenais à commencer par mes livres préférés. Vous vous doutez donc un peu de mon avis, mais je vais détailler d'un peu plus près le comment du pourquoi.
Je suis tombée sur ce livre il y a cinq ans environ, totalement par hasard (pour le coup). Je flânais dans les rayons d'une librairie, cherchant depuis plusieurs semaine le livre, celui qui vous embarque sans vous laisser le choix, et dont vous tournez les pages presque inconsciemment.

J'ai été tout de suite attirée par la couverture, que je trouve magnifique. J'aime les ailes, a lot, et je dois vous avouer que c'est sûrement ce détail qui m'incita à ouvrir le livre.
J'ai donc commencé à le lire. Et là, je me suis dit : "Ah non, pas un cours de bio, c'est Twilight." Car à l'époque, la saga vampirique faisait un tabac monstre (c'est le cas de le dire ^^), et j'évitais avec soin tous les autres livres traitant le même sujet (et surfant pour ainsi dire sur une vague rémunératrice). Mais pas du tout, nothing, rien à voir.

Bon, certes, il y a le mystère, et l'attirance. Mais ça s'arrête là. Parce que si Messire Edward le croqueur de lézard (non seulement ça rime mais ça reste végétarien, du moins pour un vampire) est une sorte d'incarnation du mec parfait des années 1900, Patch est, comment dire... l'exact opposé.
Tout sauf fréquentable, énervant (mais tellement, enfin, vous voyez les filles ^^) au point de vouloir le retrouver à chaque page, Patch sait s'y faire et disons... qu'il est beaucoup moins vieux jeux que le mangeur d'ours (j'essaie de ne pas ressortir à chaque fois le nom du bien aimé de Bella, ça ferait une chronique beaucoup trop 19ème ^^).

Parlons maintenant du livre, sans comparaison, aucune. Juste l'histoire. Inventive, prenante. L'atmosphère? Parfois noire, lourde, frissonnante, mais également "velours". J'entends par là que l'attirance entre les protagonistes est sulfureuse, agréable, et même mieux : addictive. On ne se lasse pas de Patch, et on se met très bien, mais alors très bien à la place de Nora. Pour ce personnage là, je vais vraiment le dire : je l'aime beaucoup.
J'ai personnellement un gros problème avec les protagonistes qui n'ont pas de caractère, ou qui se laissent marcher sur les pieds. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Nora est un bon équilibre. A la fois réservée (et non désinvolte, à l'image de sa meilleure amie) et timide, elle reste lucide et capable de prendre ses propres décisions.
Autre chose que j'ai aimé : les situations embarrassantes dans lesquelles elle peut se mettre. A plusieurs reprises (et même en re-relisant le livre) j'éclate de rire, c'est plus fort que moi.

L'action est bien menée, et on en découvre un sacré paquet tout au long du livre.

La fin est à mon avis très bonne, et ce livre est mon préféré de la saga (qui en compte 4). Il plante le décors, et nous invite à découvrir un duo aussi différent que complémentaire. J'utiliserais l'image de deux aimants, qui se repoussent mais s'attirent inexorablement. Voilà, c'est un peu ça, Patch et Nora.

Enfin, le style, simple mais agréable, va parfaitement avec l'histoire et l'enchaînement des évènements. Pour moi, c'est est une réelle réussite.

Hush Hush a su m'embarquer dans une nouvelle histoire sans difficulté, aucune, et dans laquelle je me replonge avec joie, et ce encore aujourd'hui.

Ma note : 17/20

Un cocktail d'intrigue, d'attirance et d'adrénaline qui pour le coup, a su rassasier mon appétit livresque.

Petite illustration


Voici un dessin représentant les deux personnages, que j'ai fais il y a quelques mois. Comme quoi la saga m'inspire encore aujourd'hui.
En parlant d'inspiration, j'ai pris comme modèle ce dessin (beautiful, isn't it?) ! :)
J'ai rajouté le portable, qui a sa petite importance dans l'histoire ^^.

As usual, cliquez pour agrandir l'image !


A soon pour une nouvelle chronique, mes livrovores!

Et bien sûr, n'hésitez pas à commenter, à débattre en commentaire, c'est fait pour ça ! :)

Fang-Wide.

mercredi 21 octobre 2015

Couleurs d'automne

Et voilà ma toute dernière aquarelle, récente de moins d'un mois!

Comme vous avez pu le deviner, j'aime l'automne et ses couleurs !! :)


Vous aussi, vous voyez la différence avec mes autres peintures (faites il y a un an?) ^^

Cliquez sur l'image pour la voir en grand!

Bonne contemplitude,

Fang-Wide.

Fôret

Voilà ma première aquarelle représentant une forêt. J'y ai passé du temps ^^.

Here it is !



Bonne contemplitude*,

* Je vais prendre le temps d'expliquer ce terme, inventé pour bonne cause ! Effectivement, si contemplation désigne un état à un moment donné, la contemplitude est elle, une habitude, une manière de vivre :)

Fang-Wide.

lundi 19 octobre 2015

Bryce Canyon

Voilà une de mes aquarelles... La moins constatée sans doute, mais le lieu me tient tout particulièrement à coeur.

Voilà la "chaine" de roche qui m'a inspirée (vous devinerez que j'ai pris appuis sur la partie gauche de la photo mise en lien).

Visité il y a 7 ans, le Bryce Canyon a été pour moi le plus bel endroit de tout le Nevada (et même plus que le Grand Canyon, c'est dire).

Endroit juste magnifique, on envie les oiseau qui le survole ^^

Voilà donc ma petite aquarelle, j'ai essayé de dessiner des contours et contrastes (encore trop pales, mais bon) fidèles à l'original.
N'hésitez pas à cliquer sur l'image pour l'agrandir. 


Comment, Text, Do Whater you want!

Bonne contemplitude,

Fang-Wide.

jeudi 8 octobre 2015

Ma première peinture - Aquarelle

Et voilà, ma toute première aquarelle.

Quelques erreurs et un papier de mauvaise qualité (qui explique l'effet bizarre de l'eau notamment), mais bon, cette peinture a une saveur toute particulière pour moi ! ^^

Je me suis beaucoup amusée à découvrir l'aquarelle, et j'espère que le résultat vous plaît! N'hésitez pas à cliquer sur l'image pour l'agrandir!

Le reste de mes "tableaux"* ici ! (*J'ai du mal à considérer mes peintures comme telles!)


Fang-Wide.

Automne

J'ai trouvé ces photos (sublimes, n'est-ce pas?) sur Google, en tapant simplement "Automne" et en cliquant sur images. Autrement dit ici.
Pour ça, on peut remercier les moteurs de recherche, car ils me permettent d'éviter (le plus souvent du moins) la panne d'inspiration!

C'est donc tout naturellement le premier jour de l'automne de cette année que j'ai commencé ma dernière peinture (lien à venir), prenant en modèle un paysage d'automne.

Ce que j'aime dans cette saison :


Tout! C'est ma saison favorite. 
Et le mois en particulier?
Celui que nous commençons tout juste : Octobre. 

C'est le mois où nos paysages changent le plus, où le vert devient jaune, cuivré, bordeaux, orange, et j'en passe.
Pas un arbre n'est pareil, et à ce mois-là plus qu'à aucun autre, aucun jour ne se ressemble. Si vous prenez le temps d'observer la nature, vous verrez que la transformation se fait si rapidement, que s'il on veut peindre un moment précis du processus, il faut prendre une photo aussitôt que l'on ressent le besoin.
Et c'est d'ailleurs ce que je vais commencer à faire autour de moi, car les couleurs deviennent particulièrement vives et contrastées!

En bref, c'est une saison à ne surtout pas rater.



J'ai regroupé ici les photos qui m'inspirent le plus, et j'espère pouvoir d'ici quelques temps transformer une d'entre elles en aquarelle.

Auriez-vous une préférence? Si oui, n'hésitez pas à me dire le numéro de l'image en commentaire! :)


Bonne contemplitude,


Fang-Wide.


mercredi 7 octobre 2015

Bienvenue à everybody

Aujourd'hui est un jour particulier : celui de la naissance de ce blog. Mon second, en vérité (j'en avais fait un, une story pour être exacte, il y a far far ago).

Mais celui-ci sera bien différent.

Comment ais-je eu l'idée, ou plutôt la soudaine envie de le créer?


L'idée ne vient pas de moi. Et non!
Pour entrer dans le vif du sujet, je suis ce que l'on pourrait appeler une touche-à-tout (bien que l'expression soit souvent négative, je trouve le concept de découverte perpétuelle très intéressant).
Voilà qui est dit.
J'aime beaucoup de choses, et m'intéresse quotidiennement, du moins, j'essaie.

A mon actif?
Guitare ; Chorale ; Théâtre (Dans une troupe formidable, un grand merci à eux)

Et aujourd'hui?
Peinture en priorité, mais également beaucoup d'activités comme...
- écrire pour mon plaisir ;
- créer toute sorte de trucs
etc.

Ma philosophie?


Tout est extraordinaire, et pour le voir, il suffit d'ouvrir les yeux.


Et donc, pour répondre à la question de départ (à savoir d'où venait l'idée d'ouvrir là maintenant un blog) :
Une personne a vu une de mes peintures, et m'a demandé si j'avais un site internet ou un blog où elle pouvait voir les autres "tableaux" que je fais... Alors voilà.

Vous l'aurez sans doute compris : ce blog sera en quelques sortes une vitrine de ce que j'ai déjà peints, de mes inspirations (en majorité des photos trouvées sur le net que j'aimerais transformer en peintures), etc.
Mais pas seulement!

Car si vous avez bien suivi jusqu'ici (pour ceux qui n'ont pas décroché en route), je n'arrive pas à me limiter, et en vérité, j'essaie de me retrouver dans moultes activités.
Pour cette raison : ce blog sera un méli-mélo d'un peu tout, que ce soit peintures, perles hama, petits articles sur l'aquarelle ou encore sur un livre qui m'a particulièrement inspiré, bref!
Que de choses à venir.

Mais assez parlé (pour mon premier article, il est déjà long, pardonnez mon envie frénétique d'appuyer sur les touches), je passe à l'action!

Mon blog va prendre forme d'ici quelques jours, et continuera de se développer, je l'espère, dans le futur. 

En attendant, bonne visite !

Fang-Wide.